•   Ces derniers mois, je me suis amusée à nourrir un blog parallèle annuaire avec les divers patrons qui ont fleuri dernièrement. En effet, avec la prolifération des marques indés qui ne va probablement pas ralentir cette année, il devient un peu difficile de se souvenir de qui a fait quoi, d'où l'envie de rassembler à un endroit les noms des différents designers et une image de chaque patron individuel pour adulte qu'ils ont produit à ce jour, sur un site non commercial. Une sorte de catalogue qui permettrait une prise de connaissance assez rapide de la production de chacun.
      Pour fêter la 101ème marque listée, je désanonymise ce projet un peu cheap mais pratique.

      Profitons-en pour en exposer les limites :

    - J'ai donné la priorité aux dessins techniques pour représenter les modèles. Et force est de constater que le soin qui leur est porté par les créateurs est très variable. Il y a les élèves studieux, bons dans toutes les matières, qui présentent un dessin réalisé avec attention, comme un élément à part entière dont le client va disposer pour décider de son achat. Et il y a les élèves qui privilégient certaines matières au détriment des autres, et dont les dessins techniques semblent étrangement négligés ou fantaisistes. Et pour finir il y a ceux qui semblent trouver cette représentation inutile.
    Non pas que j'aie spécialement envie par ce choix d'une image qui n'est pas forcément la plus flatteuse, de saper le travail de ces créateurs, mais je trouve que se contenter de montrer un vêtement porté est déjà une façon de biaiser le regard du consommateur, alors qu'avec un dessin technique on voit que le créateur s'est forcé à prendre du recul et estimer le rendu objectif et précis de son patron sur une silhouette standard. Je le vois comme un élément fondamental de la confiance qui peut s'établir entre un designer et son client. Si chaque mois sur T&N, le sujet consacré au dépouillement du dernier burda se remplit de "pourquoi pas... mais j'attends les dessins techniques", c'est bien parce que le dessin technique est l'élément solide à partir duquel on peut comparer les patrons entre eux, connaître leur construction et estimer le rendu sur sa propre personne.

    - Pour ne pas y passer 3 plombes à chaque fois, j'ai taggé assez sommairement les articles selon le type général de vêtement et en ajoutant "jersey" s'il demandent un tissu extensible. Par exemple on ne peut pas chercher en quelle langue le patron existe, ni chercher de détails tels que "col claudine" ou "manches longues", ni connaître l'éventail de tailles proposé, et il n'y a pas de lien direct vers le patron en question.

    - Je n'ai pas représenté les patrons des marques qui commencent à avoir un catalogue conséquent, telles Hot Patterns, Onion Patterns, Frégoli... et qui ne font pas spécialement de suivi modèle par modèle à la mode communautaire. Du coup je pense que je vais juste mettre un lien vers leur site afin que leur nom soit quand même présent dans la barre de droite.

    - Comme je ne parle qu'anglais et français, j'ai surtout vent des patrons dans ces 2 langues. Il existe probablement d'autres marques dignes d'intérêt mais moins visibles.

    **********

      Voilà, il me reste des noms à ajouter (si vous en connaissez qui n'y sont pas, n'hésitez à en faire part en commentaires) et j'essaierai de le mettre à jour régulièrement tant qu'il n'existera pas d'outil similaire et mieux foutu.


    9 commentaires
  • Après avoir occupé un trajet en TGV à éplucher le hors-série MilK consacré aux collections enfantines de l'été 2014, voici une sélection de ce qui m'a le plus plu.

    Pour le détail des poches à gauche, et la forme de la robe à droite :

    Allons enfants

    3 Suisses / Antik Batik

    Pour la fraîcheur :

    Allons enfants

    Dior

    Pour la composition des photos et des robes (j'essaierais bien de reproduire celle à smocks du bas dont la forme est très appétente) :

    Allons enfants

    ilovegorgeous

    Pour la combinaison pantalon large/corsage sans manche imprimé (vers une réhabilitation du pantacourt ?) :

    Allons enfants

    Señorita Lemoniez

    Pour le pompage d'une des dernières collections Saint Laurent :P et les suggestions pour savoir avec quoi porter ses Docs :

    Allons enfants

    TALC

    Pour l'ambiance (mais pas pour la robe, on dirait du jap') :

    Allons enfants

    Noro Paris


    votre commentaire
  •   Si, souvent, le couturier en quête d'inspiration s'intéresse aux créations d'autrui pour y reprendre des éléments stylistiques qui l'intéressent, il arrive que l'on ait la surprise de voir l'inverse se produire. Non pas que l'on soit "copié", mais plutôt que l'on retrouve alors des éléments qu'on avait improvisés dans les créations d'autrui. Dernièrement, je me suis fait cette remarque amusée à deux reprises.

      Il y a deux ans, j'avais fini par terminer une tunique dans le même tissu que mon short burda chéri, en improvisant des parements avec un reste de tissu écossais (celui du cou était sensé rappeler une écharpe...). Ce fut la tunique de la consécration stylistique, puisqu'une photographe de boîte de tendance jugea bon de m'immortaliser ainsi attifée alors que je pique-niquais aux Tuileries ! Un an après, feuilletant l'Officiel des collections, je tombe en arrêt devant la collection Automne-hiver 2012 d'Alexandre Herchcovitch, un brésilien dont je n'avais jamais entendu parler.

    Similitudes tunique camel

    Couleur camel, parements écossais, manches kimono, longueur mi-cuisse. Puissance 4 !

      Plus récemment, toujours en feuilletant l'Officiel, c'est ce détail d'une robe Chloé pour l'automne a venir qui m'a frappé, me rappelant une chemise faite de restes l'année précédente.

    Similitudes empiècements chemise

    La même idée d'une coudière allongée jusqu'au poignet sur une chemise à empiècements bleus.

      Ce genre de coïncidence est assez plaisant, comme si on venait vous dire a posteriori, "ah ouais, moi tu vois, j'aurais plutôt fait ça comme ça".

    Le monopole des idées

    Françaises, français, à vos machines. Et faites-moi vibrer !


    votre commentaire
  •   J'ai découvert la créatrice Samantha Pleet il y a deux ans en cherchant sur le net des exemples de vêtements fait à partir de black mud silk, une soie chinoise légère à l'aspect hors-du-commun (et au prix hors-du-commun) que j'avais pu tâter chez De Gilles : une face à l'aspect de cuir patiné marron, et une face à l'aspect de soie noire, dues à la teinture brune puis à la couverture prolongée du tissu sous une couche de boue ferrugineuse. Ses propriétés sont à la fois imperméables et respirantes.

      Donc, la Samantha en question avait pondu quelques modèles faits de ce tissu (on en voit un dans la vidéo). Fatalement, j'ai cherché à voir ce qu'elle faisait d'autre et ce que j'ai vu m'a plu, avec un bémol sur l'ultracourt de beaucoup de modèles. Je trouve que le vestiaire qu'elle propose est rempli d'idées exploitées de façon pertinente, le genre d'idée parfois farfelue que n'importe qui aimant manipuler le tissu peut avoir sans pour autant trouver la forme, l'équilibre de proportion ou le tissu qui va avec. Et là, ça y était.

       Sa démarche se veut durable, en privilégiant les étoffes biologiques et en faisant fabriquer l'intégralité de ses collections à New York (et quand on regarde les prix -dans les 200 euros pour une robe, 350 euros pour une veste- ça reste cher mais ça ne paraît pas exagéré par rapport à certaines enseignes milieu de gamme qui ne se gênent pas pour tout faire produire à l'étranger).

      Laissons parler les images:

    A cause, à cause d'une femme

    A cause, à cause d'une femme

    A cause, à cause d'une femme

    A cause, à cause d'une femme

      Et pour le titre du billet, c'est parce que, la créatrice se disant inspirée par la Nouvelle Vague, je voulais finir par une comparaison imagée entre une de ses créations (sur laquelle je n'arrive plus à remettre la main !) et une image du film éponyme de Michel Deville. Bref, tout ça pour dire que ce que j'ai vu n'a pas fini de regermer.


    votre commentaire
  • A parcourir la blogosphère, on finit par se dire que la couture est un secret féminin bien gardé. Le couturier amateur et blogueur existe-t-il ? Se cache-t-il délibérément ? Partant de maigres indices, et sans me laisser distraire par les feintes des brodeurs et tricoteurs, je me suis lancée sur sa piste...

    Couture anglaise

    Made by hand - the great sartorial debate : orienté bespoke
    English Cut : bespoke toujours, avec Thomas Mahon, un tailleur de Savile Row
    Making my Tennant coat : suivez Steve Ricks pas à pas dans sa reconstitution du célèbre manteau du 10ème docteur. On attend le spin-off: "Making my Tennant divide into two" comme à la clôture de la saison 3.
    Male pattern boldness : un new-yorkais qui coud du vintage pour lui, et dessine aussi des patrons. 
    Thin man sewing : des chemises, de vieilles machines, et du parti pris dans les imprimés.
    Oil and thread : un tout jeune blog, avec des vêtements et du quilting.
    Make my pattern : patrons originaux pour homme et femme et reblogging d'articles tuto d'autres sources. Apparemment il faut s'incrire ou passer par les réseaux sociaux pour avoir accès aux patrons.
    Intergalactic transport : découvrez l'homme qui s'est cousu le même modèle de chemise pour chaque jour de la semaine (et a réalisé la 8ème en 2h30 !). Semble avoir fait un billet d'adieu en janvier 2013.
    Taylortailor : qui nous prouve qu'il n'y a pas que blogspot dans la vie
    Week-end designer : Don Morin apprend le patronage sur le tas et nous prodigue son enthousiasme et ses bons conseils.

    French seam

    Le journal d'un tailleur : orienté bespoke et pas mis à jour depuis 2010
    Stiff Collar : jeune tailleur parisien, Julien Scavini nous régale tous les lundi d'un article où sont détaillés et discutés divers codes de l'élégance masculine, agrémenté de propositions illustrées. Une pépite !
    Paul Grassard : un tailleur parisien. Des articles très détaillés sur les étoffes.
    La vraie chemise sur mesure : t'as voulu voir Vesoul ? Ben tu verras Vesoul ! (Edit : la bise à l'auteur !)
    Zawann : créateur de mode lillois, surtout des modèles féminins. Pas mal de textes sur les sources d'inspirations, des séries photo.
    François-Louis dans toutes les époques : François-Louis s'est lancé dans le costume historique. Pas mis à jour depuis 2011.
    The sewing man

    Travestis

    A tailor made it : Terri confectionne des costumes historiques pour le théâtre depuis 1986, principalement masculins.

    Des professionnels se sont glissés dans cette liste non exhaustive. Il faut dire que les couturiers amateurs francophones qui ne font pas dans l'historique sont perle rare, j'ai l'impression que le type qui coud ses habits de tous les jours n'est pas près de pouvoir fonder une communauté parmi les gens de son sexe. Quant au type-hétéro-blogueur-francophone-qui-coud-ses-habits-de-tous-les-jours, je crois qu'il n'est pas encore né.

    Donc si vous connaissez des blogs à contenu "homme qui coud", de préférence ce qu'il porte au quotidien, je veux bien que vous m'en fassiez part en commentaires car je ne demande qu'à allonger cette courte liste.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique